Docteur: On va t'enlever ce catheter, tu rentres chez toi passe une semaine

                     Moi: Vraiment!!!!!? Wow yupiiiiiiiiii enfin je vais sortir de cet hopital.

        Depuis le 14octobre j'etais a l'hopital, je n'etais jamais sortie. Je visitais les autres etages, j'allais a la salle de jeu, je visitais la boutique de l'hopital presque chaque jour, mais je n'etais jamais jamais sortie de l'hopital alors cette nouvelle etait la meilleure que l'on pouvait me donner. Je m'impatientais, j'allais trouver les infirmieres chaque 5 minutes pour leur demander de m'enlever le catheter, je voulais tellement sortir que j'avais oublier que ce catheter la etait cousu sur ma peau. Enfin elle etait la, mais elle avait des ciseaux. Elle etait un peu brute, elle tirait beaucoup trop fort les fils, j'avais l'impression que l'aiguille allait percee ma peau pour sortir, ca faisait tres mal et je pleurais beaucoup, mais c'etait pour une bonne cause. Elle avait mis a peu pres 10 minutes pour l'enlever et j'etais tres soulagee quand elle avait termine. J'ai laisse l'hopital vers les 4hres de l'aprem. J'etais tellement exitee, j'aimais bien Boston meme s'il faisait un froid de canard et que je regardais les immeubles avec un seul oeil, car je ne m'etais pas encore remis de l'operation. La semaine s'etait bien vite passee, et de retour a l'hopital, on me parlait deja de la prochaine chimio et d'intervention chirurgicale. Aller il faut que je guerisse! C'est ce que je me disais chaque minute, et c'est ce que je demandais a Dieu. On allait cette fois-ci me mettre un catheter sous la peau, en dessous de mon sein gauche. Je comprenais rien du tout malgre les schemas, ce qui m'importait en ce moment etait ma liste de cadeaux pour le pere noel, et je ne savais pas s'il rendait visite aux enfants a l'hopital alors ca m'engoissait. Le jour de l'intervention arrive, on etait venu me chercher tres tot. Arrivees au bloc, ma mere et moi avions prie et elle est restee jusqu'a ce qu'on m'ait endormi. Quand je m'etais reveillee, je ne pouvais pas vraiment parler car j'avais mal, j'avais aussi mal quand je respirais, et au bas de mon dos, oui ca faisait tres mal. A part le catheter on m'avait aussi faite une biopsie pour prelever de la moelle osseusse pour voir si le traitement marchait bien. On n'avait dit a ma mere que je faisais du bon travail, que le traitement se passait tres bien jusqu'a present. Mais le probleme pour moi c'etait bien le fait de passer un mois a l'hopital, et mon anniversaire aussi. Ca c'etait tres decevant. Apres deux jours,le 23dec on m'avait enleve les pansements de mon oeil et j'avais des lunettes et ce jour meme Pere Noel etait la, dans la salle de jeux, je ne pouvais pas marcher alors on m'y a emmenee sur une chaise roulante,et quand j'y etais, sans dire un mot il m'a mise sur sa jambe et m'a donne un piano, j'etais vraiment contente parce que je passais mes journee a jouer du piano dans ma chambre quand je ne pouvais pas sortir. J'etais devenue tres fragile, je ne pouvais pas laisser ma chambre sans cache-nez, et les gens qui entraient dans la chambre devaient se steriliser, mettre cache-nez, gants ect... Au matin de la noel, quand je m'etais reveillee j'etais tres surprise de voir la table dans ma chambre et une chaise remplie de cadeaux, j'en revenais pas. Encore, le 28dec pr mon anniversaire, j'ai recu plein de cadeaux, et j'ai eu une fete surprise dans la salle de jeux, c'etait mon 13eme anniversaire, je l'avais passe sur une chaise roulante, en pleine session de chimio, cache-nez, je me tenais debout a peine, j'avais mal partout, je respirais pas bien, je n'avais pas de cheveux mais une perruque, mes ongles etaient bleues, je ne pouvais pas souffler la bougie sur mon gateau parce qu'on etait dans un hopital et les flammes y sont interdites, je ne me sentais pas bien du tout, par contre Dieu a su donner aux gens qui m'entouraient la force, la creativite pour mettre un sourire sur mon visage.

           Pour certaines personnes ce serait un tres mauvais decembre, pour moi c'etait le plus beau, le plus beau parce que je ne m'etais pas laissee faire, j'ai combattu, j'avais mal ca ne m'empechait pas d'etre heureuse. Mais bien sur, il faut toujours que l'ennemi intervienne, il complique le traitement....