La vie de la petite Coralie

07 janvier 2015

Encore plus complique

               C'etait le nouvel an, et j'etais toujours a l'hopital. Je voulais tellement rentrer chez moi. Ma famille me manquait. J'avais fait le voeu de rentrer chez moi le plus tot que possible, pour pouvoir m'amuser un peu avec mes cousins a la maison. Mon voeu a ete exaucer.

              J'etais contente d'etre a la maison. Mon cousin revenait de l'ecole chaque jour vers les 4hrs, et l'autre n'avait que 11 mois, mais comme le dit le vieux dicton "lakay se lakay". C'etait mieux pour moi, une enfant de 13ans, que de rester sur un lit d'hopital. 2 jours plus tard j'avais mes regles, a cause de ma maladie ma menstruation n'etait pas reguliere, ca durait 10 jours au max ou je ne l'avais pas durant des mois. Mais durant ce mois, c'etait particulier, quand je faisais pipi, ca faisait mal au bas du ventre, tres mal et de jour en jour ca empirait. 12 jours passes,  ce n'etait pas fini, je perdais beaucoup de sang, ca sortait en form de boule, et quand ca sortait il fallait hurler pour m'aider car ca faisait un mal de chien. Le pire dans tout ca est que je ne pouvais plus retenir ma pisse. Quand je restais sur le WC 2 minute, je faisais pipi au moins 8 fois, et a chaque fois j'avais fini je criais, le temp de remonter mon pantalon j'avais deja envie de faire pipi, et le temps d'enlever j'etais deja mouillee. Ma mere ne comprenait rien et moi non plus d'ailleurs, elle m'avait demande si je voulais retourner a l'hopital et bien sur j'ai repondu non. Mais cette nuit allait changer ma decision. A minuit je suis montee me couchee,mais j'ai mis une cuvette au pied du lit pour eviter d'aller a la toilette toute la nuit et de deranger, a peine endormie, une envie pressante m'a reveille, le temps de traverser ma mere, j'ai fait pipi sur moi,j'ai demande de l'aide a ma mere, elle m'a aidee a me changer, mais je me baissais de temps en temps pour faire pipi. Quand j'etais sure que je n'avais plus envie de faire pipi je suis allee me couchee et, pendant que je traversais ma mere pour recuperer ma place, j'en avais envie et le temps de descendre, j'ai mouille le lit, cette fois il fallait me changer, et les draps aussi. J'ai passe 10minutes accroupie a faire pipi, et quand j'en pouvais plus je suis allee me coucher. Arrivee au lit, j'avais encore envie de faire pipi, j'etais fatiguee de me lever, et j'avais sommeil alors je me suis mise a pleurer et a prier et j'ai fai pipi sur le lit, j'ai mouille le lit durant tout le reste de la nuit, mais j'ai pu dormir, Dieu avait ecoute mes prieres. Le lendemain tres tot j'ai appele l'hopital, et on m'avait envoye un taxi, sachant que j'allais faire pipi tout au long de la route alors ma mere a pris l'une des couches de ma cousine. Heureusement je n'avais pas mouille le taxi, mais je pleurais beaucoup. Arrivee a l'hopital je ne pouvais pas rester debou, mais vue que je n'etais pas aux urgences, il fallait que je resiste un peu plus, je prenais des pauses a chaque 2 pas, pour pipi et hurler, et j'avais honte car la couche etait saturee et mon pantalon etait un peu mouille. Quand finalement je suis arrivee aux urgences, on m'a fait une batterie de test et on m'a change. En moins de 10 minutes ma couche etait remplie, alors, on a mis une couche, sur moi, 2 pantalons et des draps en dessous pour eviter que je mouille le lit, en moins de 30 minutes tout etait tremper, le pire dans tout ca est qu'il y avait du sang. on m'a hospitalisee, c'etait bien le 1er fevrier. On a fait des radiographies, des ecographies, tout etait normal, les medcins n'avaient aucune idee de ce qui pourrait en etre la cause. On m'avait meme demande si quelqu'un avait abuse de moi mais ce n'etait pas le cas. J'ai passe le mois entier a l'hopital, en couche, ce qu'on changeait chaque 30minute et pesait pour voir si je faisais pipi moins. Ce n'etait pas facil mes amis, je ne pouvais meme pas rester assise 2 minutes.

                 Le 1er mars le Docteur a signe mon exeat,quand je me suis levee pour aller prendre mon bain, je suis tombee, mes pieds etaient devenus lourd et je ne pouvais plus marcher, mais ca c'est une autre histoire....

Posté par La ptite Coralie à 19:00 - Commentaires [2] - Permalien [#]


16 décembre 2014

Un decembre pas comme les autres

                     Docteur: On va t'enlever ce catheter, tu rentres chez toi passe une semaine

                     Moi: Vraiment!!!!!? Wow yupiiiiiiiiii enfin je vais sortir de cet hopital.

        Depuis le 14octobre j'etais a l'hopital, je n'etais jamais sortie. Je visitais les autres etages, j'allais a la salle de jeu, je visitais la boutique de l'hopital presque chaque jour, mais je n'etais jamais jamais sortie de l'hopital alors cette nouvelle etait la meilleure que l'on pouvait me donner. Je m'impatientais, j'allais trouver les infirmieres chaque 5 minutes pour leur demander de m'enlever le catheter, je voulais tellement sortir que j'avais oublier que ce catheter la etait cousu sur ma peau. Enfin elle etait la, mais elle avait des ciseaux. Elle etait un peu brute, elle tirait beaucoup trop fort les fils, j'avais l'impression que l'aiguille allait percee ma peau pour sortir, ca faisait tres mal et je pleurais beaucoup, mais c'etait pour une bonne cause. Elle avait mis a peu pres 10 minutes pour l'enlever et j'etais tres soulagee quand elle avait termine. J'ai laisse l'hopital vers les 4hres de l'aprem. J'etais tellement exitee, j'aimais bien Boston meme s'il faisait un froid de canard et que je regardais les immeubles avec un seul oeil, car je ne m'etais pas encore remis de l'operation. La semaine s'etait bien vite passee, et de retour a l'hopital, on me parlait deja de la prochaine chimio et d'intervention chirurgicale. Aller il faut que je guerisse! C'est ce que je me disais chaque minute, et c'est ce que je demandais a Dieu. On allait cette fois-ci me mettre un catheter sous la peau, en dessous de mon sein gauche. Je comprenais rien du tout malgre les schemas, ce qui m'importait en ce moment etait ma liste de cadeaux pour le pere noel, et je ne savais pas s'il rendait visite aux enfants a l'hopital alors ca m'engoissait. Le jour de l'intervention arrive, on etait venu me chercher tres tot. Arrivees au bloc, ma mere et moi avions prie et elle est restee jusqu'a ce qu'on m'ait endormi. Quand je m'etais reveillee, je ne pouvais pas vraiment parler car j'avais mal, j'avais aussi mal quand je respirais, et au bas de mon dos, oui ca faisait tres mal. A part le catheter on m'avait aussi faite une biopsie pour prelever de la moelle osseusse pour voir si le traitement marchait bien. On n'avait dit a ma mere que je faisais du bon travail, que le traitement se passait tres bien jusqu'a present. Mais le probleme pour moi c'etait bien le fait de passer un mois a l'hopital, et mon anniversaire aussi. Ca c'etait tres decevant. Apres deux jours,le 23dec on m'avait enleve les pansements de mon oeil et j'avais des lunettes et ce jour meme Pere Noel etait la, dans la salle de jeux, je ne pouvais pas marcher alors on m'y a emmenee sur une chaise roulante,et quand j'y etais, sans dire un mot il m'a mise sur sa jambe et m'a donne un piano, j'etais vraiment contente parce que je passais mes journee a jouer du piano dans ma chambre quand je ne pouvais pas sortir. J'etais devenue tres fragile, je ne pouvais pas laisser ma chambre sans cache-nez, et les gens qui entraient dans la chambre devaient se steriliser, mettre cache-nez, gants ect... Au matin de la noel, quand je m'etais reveillee j'etais tres surprise de voir la table dans ma chambre et une chaise remplie de cadeaux, j'en revenais pas. Encore, le 28dec pr mon anniversaire, j'ai recu plein de cadeaux, et j'ai eu une fete surprise dans la salle de jeux, c'etait mon 13eme anniversaire, je l'avais passe sur une chaise roulante, en pleine session de chimio, cache-nez, je me tenais debout a peine, j'avais mal partout, je respirais pas bien, je n'avais pas de cheveux mais une perruque, mes ongles etaient bleues, je ne pouvais pas souffler la bougie sur mon gateau parce qu'on etait dans un hopital et les flammes y sont interdites, je ne me sentais pas bien du tout, par contre Dieu a su donner aux gens qui m'entouraient la force, la creativite pour mettre un sourire sur mon visage.

           Pour certaines personnes ce serait un tres mauvais decembre, pour moi c'etait le plus beau, le plus beau parce que je ne m'etais pas laissee faire, j'ai combattu, j'avais mal ca ne m'empechait pas d'etre heureuse. Mais bien sur, il faut toujours que l'ennemi intervienne, il complique le traitement....

Posté par La ptite Coralie à 15:29 - Commentaires [5] - Permalien [#]

04 décembre 2014

Le traitement

             Cette chaleur m'etouffe, j'en ai marre! Deux heures a attendre dans cette voiture, ca donne vraiment envie de pleurer. Mon lit me manque terriblement, j'ai mal aux fesses, aux os, quand est-ce qu'on rentre tatie? Lol je n'arretais vraiment pas de me plaindre devant La croix rouge.

             Meme si ca ne faisait que 24hres seulement que je sortais de l'hopital, j'etais deja a cours de sang, alors, on est directement alle a la croix rouge apres etre sorti de l'ambassade. On avait heureusement trouve du sang, et on est alle directement a l'hopital. 30 minutes s'etaient ecoulees, l'infirmiere n'avait toujours pas trouve de veine, elle s'impatientait, alors ma tante l'a appelee et lui a dit:" tanpri cheri pran on ti pasyans avel pou mwen, li fe on lesemi, demen lap pati". Elle etait choquee, elle est revenue et dans moins de 5 minutes, elle avait trouve une veine. J'ai passe la moitie de la nuit a l'hopital. On est rentre a minuit et demi. J'ai allume la tele, il y avait ce film qui etait pratiquement a sa fin, on voyait les gens qui appelaient leur famille pour leur temoigner leur amour parce que l'avion allait s'ecraser dans quelques minutes, sur une autre chaine, il y avait ce film "Couleuvres dans l'avion". Bon la c'etait assez, je voulais plus voyager. J'avais peur, tres peur, alors mes tantes m'ont rassuree. On s'est reveille a 6hres, parce qu'il fallait que je me fasse examinee. Le docteur avait trouve que j'etais en forme pour le vol, alors on s'est rendu a l'aeroport avant 10hres. Grace a Dieu, les agents de securite ont laisse entrer toute ma famille a l'interieure et est restee jusqu'a l'heure de l.embarquement. Le dorcteur avait decide que ma mere et moi allions passe le reste du week-end chez elle, et que j'irai a l'hopital le lundi, mais Dieu avait decide autrement, apres une trentaine de minute de vol, j'etais brulante de fievre, avec l'altitude mon taux de sang avait baisse considerablement. Arrivees a Boston, nous sommes allees directement a l'hopital,a peine arrivee, on m'a fait une batterie de test. Quand l'infirmiere m'a piquee, je n'avais rien senti. On m'a donne une chambre, et m'a demande ce que je voulais manger, j'ai repondu: "pizza pepperoni". En Haiti j'avais pas le droit de boire du lait parce que ca contient de la graisse, alors qu'a Boston j'avais droit a tout, alors j'allais en profiter. Nos cousines sont venues nous voir le soir meme de notre arrivee. Ma tante est arrivee du canada le lendeman, pour passer quelques jours avec nous. Lundi j'ai subi une operation, il fallait me mettre un catheter a 2 ou 3 centimetres en dessous de ma clavicule gauche, parce que mes veines etaient epuisees. L'aiguille faisait de mes deux auriculaires colles l'un a l'autre. J'etais la seule haitienne dans cette etage comme patiente, mais heureusement il y avait une infirmiere haitienne, et aussi quelques haitiens travaillaient a la cafeteria. Les jours passerent, j'etais malade, je vomissais tout le temps, les odeurs et les nourritures me rendaient nauseuse, il fallait que je mange ce que j'en avais envie ou j'allais pas manger, la chimio ouf!!! c'est pas une blague. Mais j'etais comblee, on m'apportait plein de cadeaux. Il y avait une salle de jeu a cette etage, je pouvais m'y rendre avec mes medicaments, j'etais pas obligee de rester cloitree au lit, des personnes m'apprenaient a jouer les instrument que je voulais, j'avais un laptop dans ma chambre,je pouvais ramener les jouets de la salle de jeux dans ma chambre, je pouvais demander des films, des livres, je pouvais aussi commander ce que je voulais pour manger, je l'aimais bien cet hopital. J'ai fete halloween avec les autres enfants a l'hopital. Et apres quelques jours,un docteur a remarque des choses anormales dans mon oeil droit. Il disait que c'etait des champignons, qu'il fallait me donner une injection dans l'oeil et que si ca ne marchait pas qu'on allait m'operer. Ma mere a bien sure signe les papiers. Le lendemain, le docteur est venu avec les medicaments, m'a mis plein d'adhesifs autour de l'oeil pour le garder ouvert. Il a mis quelques gouttes dans mon oeil pour l'anesthesier, apres quelques minutes, il a pris la seringue et, il l'a enfoncee doucement dans mon oeil, je devais pas pleurer ni bouger mon oeil. C'etait tres dur pour moi, ca faisait un peu mal, je ne pouvais pas m'empeche de pleurer. Il est venu apres quelques jours m'examiner, ils n'etaient pas partis alors il m'a donne une date pour l'operation avec les indications suivantes: " A partir de minuit tu cesseras de manger et de boire et on viendra te chercher au matin a 8hres tapante". C'etait pas difficile. Mais il etait 10hres du matin, on etait toujours pas venu me chercher, je commencais a avoir faim. 1hrePM, toujours rien, je tremblais de faim, et je voyais des etoiles, 3hrespm, j'ai failli m'effondrer, une infirmiere ne pouvait plus me voir souffrir, elle a trempre son droit dans un verre de jus de pomme et l'a passe sur mes levres. C'etait comme un miracle, j'etais soulagee. vers les 8hres du soir, on est venu me chercher, le conducteur s'est trompe d'edifice, alors je suis arrivee au bloc  vers les 9hres, on m'a endormie et tout s'est bien passe. 

           Je me suis reveillee vers les 9hres du mat, avec un oeil bande, un peu de douleur, mais j'etais reveillee. J'ai rendu grace a Dieu. Jai commande un tas de chose a manger parce que je voulais aussi manger pour la journee precedente. Les docteurs etaient venus me feliciter, et me conseiller de preparer ma liste pour le pere noel. C'etait une facon a eux de m'encourager parce qu'ils savaient ce qui allait se passer...

           

Posté par La ptite Coralie à 13:33 - Commentaires [5] - Permalien [#]

01 décembre 2014

Combien de temps encore??

                Alors la j'en pouvais vraiment plus! Ca ne faisait que deux jours depuis que j'etais rentree de l'hopital et j'avais deja un malaise! Wow! Vraiment des fois cette maladie qu'on peut pas trouver me saoule au max

              C'etait le premier octobre, j'avais passe un apres-midi agreable, j'etais en companie d'une amie d'enfance, une soeur. On a beaucoup bavarde. Comme je ne pouvais pas me lever, c'est elle qui m'avait donne a manger. J'etais tellement contente d'etre avec elle. On regardait la television quand soudain, j'ai senti quelque chose a la gorge. J'ai appele tatie, et elle etait toute suite venue, je lui ai dit ce que je sentais, elle est allee chercher un peu de papier, est revenue et m'a dit de cracher, ce que j'ai fait. Mais cette chose la c'etait comme une corde, ou du moins un fil, au fur et a mesure que je crachais, je sentais qu'il en restais, ca arrivait jusqu'a mon estomac, c'etait une tres mauvaise sensation. Dans moins de deux minutes j'avais encore envie de cracher, j'ai appele ma tante, elle est venue, cette fois, apres avoir crache, j'ai comme apercu un fil rouge, j'ai demande a tatie de me laisser voir le crachat, elle a dit "Ou fou tifi oh oh!! On vye krache ou bezwen we! Gade televizyon ou tande", alors j'ai souri et j'ai continue a regarder la tele et a parler avec mon amie. Un instant plus tard, le reste de la famille qui etait partie a une fete. etait de retour, il n'etait meme pas parti depuis une demie heure. Quand j'ai demande pourquoi, ma tatie a dit qu'ils etaient venus me chercher et que j'allais aussi a la fete, j'y croyais pas parce qu'ils etaient partis sans moi alors pourquoi etre retournes? J'ai vu mon oncle descendre avec une tele, un sac rempli d'habits, un gallon d'eau. La je voyais plus clair et j'avais un noeud a la gorge. C'etait evident! On allait pas a la fete mais a l'hopital. J'ai pleure durant tout le trajet. Arrives a l'hopital, on nous a vite donner une chambre car l'hopital savait pour ma maladie. Une infirmiere a passe 30 minutes a me piquer, a chaque fois qu'elle trouvait une veine, des qu'elle mettait la seringue, la veine eclatait, elle a pique partout dans mes 2 bras, elle a aussi pique mes pieds. Je pleurais, je pleurais beaucoup! A bout de mes forces, j'ai fini par vomir, et l'infirmiere a laisse la chambre en courant, mes tantes etaient effrayees, et ma mere par un reflexe est venue vers moi pour me nettoyer, quand j'ai regarde, c'etait du sang, j'avais vomi du sang, il y en avait partout. Et la j'avais compris que ma tante voulait me cacher que je crachais du sang. Mes tantes, a ce moment, ont vu la fin, ma fin. Elles ont dit a ma mere qu'elles allaient acheter des medicaments, il etait a peu pres 9hresPM, un dimanche, en plus elles n'avaient meme pas de prescription, ma mere avait tout compris. L'infirmiere etait revenue plus tard et avait trouve une veine. Les jours qui suivirent j'etais en pleine forme, je riais, je chantais, une de mes tantes dansait pour moi,faisait des grimaces pour m'aider a me sentir bien et manger. Mais un de ces jours etait un peu particulier, il etait a peu pres 1hrePm, ma mere et moi prions et, un cousin est venu a l'hopital accompagne de 2 personnes en uniforme, elles ont essaye de me faire signer quelque chose, je ne pouvais pas, alors elles ont pris mes empreintes. J'avais rien compris de tout cela mais bon.... Je suis sortie de l'hopital le 12oct. Le lendemain, je me sentais forte, j'etais persuadee que j'etais guerie, alors j'ai demande a ma tante de me laisser faire ma toilette seule, elle etait d'accord, elle savait que je me sentais pas bien,et elle etait contente de voir les efforts que je faisais pour cacher ma douleur. Elle savait que la fin etait proche, elle n'avait,ou du moins, la famille n'avait aucun espoir. Cuba et Canada avaient tous les deux refuse de m'aider, ils avaient envoye mon dossier avec un grand sceau rouge, ils disaient que dans mon etat, je ne pourrais pas prendre l'avion.... Mais bon, revenons a ma toilette! Tatie avait tout prepare, de l'eau, du savon, une chaise (je ne pouvais pas rester debout trop longtemps). Je suis assise, je commencais a me laver quand tout a coup j'ai eu une crampe au genou gauche, ca faisait horriblement mal. Ca marchait! C'etait dans ma jambe, apres quelques secondes c'etait dans la jambe droite, je criais a l'aide. Une dame etait devant la porte, n'entrait pas mais criait aussi a l'aide. Une fois que ma tante etait la elle a vite fini ma toilette et m'a porte jusqu'au lit. Elle a reunit tout le monde pour une courte priere. Ma tante tremblait de peur, mais le cachait bien, elle savait que je venais d'atteindre la phase terminale, le docteur le lui avait explique.Alors que je bavardais avec mes cousins, ma tante a recu un coup de fil et s'est vite precipitee dans la chambre pour m'habiller, il fallait se rendre a un endroit avant 3hres. On a fait ce qu'on pouvait mais on etait en retard de 5 minutes. On etait a l'ambassade americaine, je savais meme pas pourquoi j'etais la. Je suis passee devant tout le monde qui attendait. Il y avait ma mere, mon Docteur et une americaine qui nous attendaient, et quand je suis arrivee au guichet, on m'a remis mon passeport avec un visa americain medical et, ma mere aussi en avait un dans son passeport.

               Men sa ki BONDYE a! C'est tout ce que je peux dire. En un clein d'oeil il a fait l'IMPOSSIBLE, impossible pour nous humain. Il faut juste croire et tout ira bien, il agira. Mon traitement etait assure mais, est-ce que ca allait etre facil?

Posté par La ptite Coralie à 22:43 - Commentaires [2] - Permalien [#]

24 novembre 2014

Ce n'etait pas tout

          Le fait que j'etais guerie de la tuberculose en seulement 15 jours etait un miracle mais, etait-ce aussi grand qu'il le parrait?  Vous Connaissez deja l'essentiel de cette partie la, mais voyons si je peux donner beaucoup plus de details sur l'enfer que j'ai vecu a seulement l'age de douze (12) ans.

         J'etais guerie, oui, guerie de la tuberculose,mais ca n'allait pas, j'etais faible, je perdais du poids,je n'avais pas d'appetit, je saignais souvent, j'avais beaucoup de boules sur la peau. Je passais la plupart de mon temps a l'hopital. J'y passais tellement de temps que l'on m'avait laisse une chambre pour 3 personnes a moi et a ma famille. Je passais 2 semaines et meme plus a l'hopital, par contre, a la maison je passais au maximum 3 jours. On ne savait toujours pas ce que j'avais, on revenait tout le temps a la meme conclusion "une anemie". A cause de cette "anemie" j'etais devenue vegetarienne, je mangeais des feuilles constamment, de toute sorte, on faisait du jus avec, de la puree,sirop, enfin toute sorte de chose qui pourrait me donner du sang. Je compte pas les pochettes de sang que l'on me donnait. Dieu merci pour ma famille et mes amis qui n'ont jamais hesite a donner leur sang a la croix rouge. Helas, il y avait toujours des signes pour nous derouter et des gens qui parlaient, mais ma mere et ma famille gardait toujours la foi. Ma mere fait toujours des reves avant de grands evennements mais elle ne les comprend que quand ca arrive, au mois de janvier, avant que tout ait commence elle avait reve de mon pere, il etait venu nous chercher parce que j'etais malade et que j'avais besoin d'un traitement en urgence, il nous avait emmenees au bord de la mere et nous a fait monte dans un grand batiment blanc. elle avait eu d'autres reves que je me rappelle pas, mais je pense que celui que je vais vous expliquer etait un test. il pleuvait cette nuit la, je ne pouvais pas dormir car j'avais de la fievre et j'avais terriblement mal aux os. Ma mere, cette nuit la, a reve d'une dame, adventiste, elle etait venue lui parler, c'etait urgent, elle a dit a ma mere "Sandy, pitit ou an ap mouri, mpase kay tout ougan ki gen nan peyi an, pa gen tretman pou li, fok ou fe on jan kan mem wi", ma mere lui a repondu "Oh sawap di la? se pa ougan ki te banm pitit la se Bondye, e se li ki ap geri Corie o nom de JESUS!" au meme moment elle s'est reveille en sursaut parce que je l'appelait, je disais "manmie mgeri, manmie mgeri! mpa prale lopital anko BonDieu geri mwen" ma mere m'a touchee, j'etais brulante de fievre, je ne divaguais pas, cette nuit la je me sentais forte, en sante, je ne ressentais aucune douleur. Le lendemain je suis retournee a l'hopital et on m'avait hospitalisee. Apres 2 jours, le docteur a eu l'idee de me faire faire une biopsie, cet examen consistait a me prelever un peu de moelle osseuse. Je ne savais pas, ce que c'etait, moi tout ce que je voulais c'etait aller a l'ecole car on etait au mois de septembre. Ce jour la, deux de mes tantes m'ont accompagnee a la clinique, elle m'ont dit on va juste te faire un p'tit prelevement, rien de grave. Quand j'ai vu les outils, je commencais a paniquer, des seringues, de grosses seringues en fer, ou la! Le docteur m'a demande de me coucher sur le ventre, apres m'etre deshabillee. Il m'a donne de l'anesthesie, puis m'a pique 5 fois en forme de cercle au bas du dos, je pleurais beaucoup je l'avoue, et quand il a pris la plus grosse seringue en fer je voulais plus rester couchee, j'appelais au secours mais je ne bougeais pas. Une de mes tantes avait laisse la piece parce qu'elle trouvait que c'etait trop pour une gosse de 12ans. Le docteur m'a dit: "ne bouge surtout pas" et puis j'ai entendu un bruit "cloup!!", une legere pression et une petite douleur, j'ai hurle plus fort! Parce que je savais ce qu'il avait fait, il avait enfonce cette chose en fer dans un de mes os pour retirer la moelle. Apres qu'il ait enleve la seringue, il y avait un trou, il a du me faire un pansement. Ca faisait mal, et pour me faire plaisir, on m'a emmene chez une tante avant de retourner a l'hopital. Apres quelques jours ma famille a eu le verdict, j'avais une Leucemie.

                 La famille etait boulversee, qu'allait-elle faire puisque le traitement coute 100mille dollars US. Tout le monde paniquait, sauf ma mere et moi. Moi, parce que j'avais aucune idee de ce qui se passait, et ma mere, parce qu'elle savait qu'a Dieu, RIEN EST IMPOSSIBLE.

Posté par La ptite Coralie à 14:20 - Commentaires [12] - Permalien [#]


17 novembre 2014

Miracle

                Je ne peux pas me plaindre de mon enfance. Ma mere remuait toujours ciel et terre pour me donner tout ce que je desirais. Mon pere etait plus avec nous mais mon oncle,le petit frere de ma mere, jouait son role. Et puis j'etais la fierte de la famille.

               J'ai passe 2 ans et demi en competition avec Christella. Quand elle a laisse l'ecole, on etait en troisieme annee, j'etais trop contente. J'etais devenue la reine de la classe. Il y avait deux autres adversaires. Je prenais tellement au serieux l'ecole qu'un jour, apres le dernier examen du 2em trimeste, je me suis endormie avec l'uniforme et j'ai mouille mon lit. Je me suis reveillee le lendemain avec une forte fievre. Je rendais visite aussi souvent que je le pouvais a ma grand-mere, la mere de mon papa. Je passais les vaccances d'ete chez ma marraine, ma deuxieme mere. avec ses neveux et nieces que je considere comme cousins et cousines. Les annees se sont ecoulees tres vite! J'ai eu ma premiere communion en 3eme annee, ma confirmation en 5eme annee. En 6em AF, j'etais la laureate de la promotion, je ne me souviens pas avec combien de points. En 2005, c'etait bien l'epoque du kidnapping, ma mere ne voulait plus m'incrire au Canado ni au College Bird. Elle m'a inscrite au College Adventiste de Diquini. Je n'aimais pas vraiment l'idee parce que je pensais qu'etudier dans un etablissement adventiste allait etre trop strict et plat. Les cours ont debute en septembre, c'etait pas aussi plat que je le pensais, les professeurs etaient cool et m'aimaient bien puisque j'etais une eleve appliquee. J'allais meme a l'eglise parfois avec des amis, et ma mere lisait de revues et voulait changer de vie. Le Pasteur de l'ecole et sa femme venait chez nous presque tous les samedi pour des etudes bibliques. Pour mes 12ans, on nous a organise,a un cousin et a moi, une jolie petite fete a Kenskoff. C'etait vraiment genial. Si j'avais su que j'allais manger le gateau de mon 13eme anniversaire dans un hopital je m'aurais amusee beaucoup plus lol. En janvier 2006, le premier jour de classe, un lundi, le dernier cours etait le sport, on etait sur le terrain a s'entrainer pour la grande journee sportive, il fallait choisir une discipline. J'aime le foot, je voulais choisir le tir au but, mais ce jour la le prof voulait qu'on essaie la course a sac. J'etais un peu ronde quand j'etais petite et je suis claustrophobe, alor je ne me voyais vraiment pas dans un sac...Je le sentais vraiment pas. Le prof m'a dit d'essayer alors je l'ai fait. J'ai saute seulement trois fois et je suis tombee, les eleves riaient pendant que j'enlevais le stupide sac qui m'a fait tombe, mais l'un d'eux a dit "woy Coralie blese, men jenou ou ap bay san". J'ai regarde et c'etait pas beau a voir, il y avait la chair blanche, je n'avais meme pas mal. Mr. Guinel, le prof, m'a dit d'aller trouver Mr Leone, l'autre professeur, pour ma note. Quand je suis arrivee, il etait tellement surpris qu'il m'a donne 9/10, j'ai remercier ma blessure lol. On m'a emmenee a l'infirmerie, on m'a soignee. Je n'ai pas vraiment dormi cette nuit, je ne pouvais pas bouger mon pied, ca faisait mal, j'avais de la fievre. Le lendemain j'ai ete voir un Docteur, il m'a dit que j'avais une infection pour laquelle il m'a traitee. Mais j'avais d'autres malaises, douleur dans les os, fievre, et je n'avais pas de sang. En avril je ne pouvais plus aller en classe. Un Docteur m'a diagnostiquee une anemie, pas grave du tout. Il m'a prescrite des fers et des vitamines. Je buvais toute sorte de the, mangeais toute sorte de feuilles et 2 pigeons par semaine. Mes dents devenaient litteralement noires, ce n'etait pas des caries. A 12ans et 5mois mes dents de sagesse (dan zorey) sortaient, le docteur lui-meme ne pouvait pas y croire. J'avais perdu beaucoups de poids. Les amis de ma mere s'eloignaient petit a petit, il y avait meme des personnes dans la maison ne nous addressaient plus la parole. On ne comprenait pas, des gens disaient "ou we moun ki pa pale avew yo? genle yap manje Corie! Poukisa yo rete yo few ennmi la?" Ma mere avait des raisons pour penser que c'etait vrai mais elle avait de preference decide de faire confiance a Dieu. Cet ete la j'etait tantot chez ma meres, tantot chez mes tantes. En Juillet, j'ai ete compose avec les nouveaux pour les examens finals. Je prenais au max 30minutes pour repondre aux questions. Les surveillants etaient epates. J'ai ete promue en 8eme AF avec une belle note. Un samedi soir du mois d'aout, le petit chien de mon p'tit cousin qui avait disparu pendant la journee entiere, est rentre et s'est couche sous le lit, exactement la ou se trouve mon oreiller. Quand mon cousin Marcel l'a pris, il a vu qu'on avait cousu le dos du chien, des deux cotes. Il est mort au petit matin et a mon reveil je ne pouvais pas respirer. Les gens disaient "men li wi Sandy, kile wap leve pyew? yap manje tifi an kri nan menw la fok ou fe on jan" et ma mere repondait "Sel BonDye ki konnen sa lap fe ak pitit mwen an, nan pyel map rete". Ce jour meme, ma tante a suggere a ma mere de m'emmener chez le pediatre de la famille. Elle m'y a emmene. Je n'ai pas passe cinq minutes en consultation, et le Doc a dit "Madanm mennen pitit ou a lopital lespwa tande". Je ne tenais meme plus debout. Quand je suis arrivee a l'hopital, on m'a toute suite mise dans la salle d'urgence et on m'a donne de l'oxygene. J'ai vraiment cru que c'etait la fin, j'avais du mal a respirer meme avec l'oxygene. J'ai demande a Rosenie, une cousine, de dire a ma mere et au reste de la famille que je les aimais tres fort. Elle s'est mise a pleurer. Le lendemain, j'ai ete faire une radiographie. Le Dr Marcel Severe a appele ma mere dans son bureau et lui a dit tres severement "Se pa on sel pitit ou genyen madanm? Pouw kite li tb nan eta sa!!!!" Ma mere etait sous le choc et ne savait quoi faire. J'ai vu la radiographie, il n'y avait pas de poumon si je puis dire, c'etait vraiment blanc, tres clair. Alors j'ai suivi un traitement pendant 15jrs, aussi je mangeais beaucoups de cressons et de foi. Les infirmieres venaient avec des gants et des cache-nez, me regardaient drolement, je ne me sentais plus humain. Par contre ma famille me donnait le sourir, on m'avait meme apporte la tele. J'ai fait une autre radiographie apres 15jours. Le Docteur ne pouvait meme pas parler apres avoir vu les resultats, il a seulement dit "Ou met ale wi madam". Ma mere pensait que c'etait la fin pour moi, elle a rapidement contacte une de mes tantes pour lui faire part de ce qui c'etait passe, ma tante a appele le docteur immediatement pour lui demander pourquoi il n'avait pas communiquer les resultats a ma mere, celui-ci a repondu "Madam Roger, poumoun Coralie pi nef ke poumoun on ti bb, se yon mirak"

                 Eh oui les amis!! Le Dieu Tout-Puissant existe, et il n'a jamais cesse de faire des miracles, c'est nous qui avons cesse de lui faire confiance...

 

      

Posté par La ptite Coralie à 21:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 novembre 2014

Les problemes commencent

               La perte de quelqu'un qui nous est cher peut tout changer en une fraction de seconde en bien ou en mal. Cela depend, je pense, de la facon dont on voit les choses. Ca peut aussi etre les deux, c'est a dire en bien et en mal, on ne s'est jamais. Pour moi voyons comment c'est...

              Ma mere a cinq (5) soeurs et deux (2) freres, elle etait la sixieme. Le lendemain de la mort de mon pere, deux de ses soeurs sont venues nous chercher pour habiter avec elles a Christ-Roi, on ne pouvait pas du tout rester a Petit-Goave. On y habitait a cause de mon pere  qui avait sa clinique la-bas et sa mere. Je connaissais mes tantes depuis toute petite, j'allais chez elles avec ma mere quand mon pere etait en voyage, je les aimais beaucoup mais je me sentais seulement a l'aise avec le petit frere de ma mere, a qui je ressemble beaucoup. C'etait le changement total pour ma mere et moi. Ma mere se sentait perdue, 25ans avec un enfant, sans emploi, qu'allait-elle faire? La pharmacie lui appartenait mais apres cette perte elle ne pouvait meme pas ecrire son nom alors comment pourrait-elle travailler dans une pharmacie? De mon cote j'etais hyper triste, il n'y avait pas d'enfant de mon age la ou j'habitais, j'etais entouree d'adultes mais j'etais habituee car je vivais avec ma mere et mon pere. Il fallait que j'aille a l'ecole. On m'avait trouver une ecole, L'Institution Mixte Gerard Gourges (IGG) a Fontamara. C'etait evidement trop loin de Christ-roi alors, encore, on a du demenage. On est alle a Bizoton, habite avec les deux freres de ma mere. C'etait une grande maison avec une tres grande cour. Mon oncle aine, avait une femme et un fils, on avait quatre ans d'ecart,cela dit j'etais la plus grande. Mon oncle qui a un grand coeur avait eberge une femme qui avait deux filles, la plus grande avait deux ans en moins que moi,celle-la allait devenir ma meilleure amie, et la plus petite avait le meme age que mon petit cousin. Aussi la-bas, habitaient un cousin avec sa femme et ses deux enfants. Je me sentais mieux a Bizoton, mon oncle adore y habitait puis, il y avait des enfants. Bref, j'ai commence l'ecole en novembre, ma situation n'avait pas du tout affectee mon intelligence. A l'ecole il y avait cette fille, Christella, elle m'enervait au max. On etait en competition, elle etait toujours la premiere de la classe et moi la deuxieme, je faisais beaucoup d'efforts pour la devancer car je deteste etre la deuxieme. Quand j'arrivais enfin a etre premiere elle aussi l'etait, on etait deux a l'etre et on l'honorais car elle etait souvent la premiere. Je me souviens qu'on remplissait, de lecon et de devoir, la page entiere de la semaine du carnet de lecon, c'est a dire les 5 jours, pour tout remettre le lendemain. C'etait beaucoup de devoir, je n'avais meme pas six ans et j'allais au lit vers les 10hres du soir. Des fois ma mere finissait mes devoirs. Apres quelques semaines,a mere s'etait trouvee un groupe d'amis. Pour tuer son chagrin, elle passait ses journees entieres avec eux. Ils etaient tous plus jeunes qu'elle et ils l'appelaient "Grann". Donc je la voyais pas souvent, mais c'etait pas grave, il y avait mes cousins, mes amies. En decembre j'ai passe les examens du premier trimestre. Le jour de la remise des bulletins, mon petit tonton cheri m'y a emmene,on y est alle a pied. On ne m'avait pas donne le mien parce que j'etais pas en regle avec l'administration. Alors on est retourne a la maison, on est retourne a pied. J'etais fatiguee, quand je suis rentree, ma mere n'etais pas la. Je me suis couchee et je me suis endormie, vers les 11hres du matin. Je me souviens que ma mere m'a reveillee, quand j'ai ouvert les yeux il y avait une lampe allumee dans la chambre, donc il faisait deja nuit. Au plafond je voyais plein de monstre, j'ai pas voulu laisse mes yeux ouverts. Ma mere m'a demande ce que je voulais manger et j'ai repondu hot dog (c'est la derniere chose dont je me souviens de cette nuit) elle m'en a achete un sachet et j'ai tout mange, apres je m'etais mise a manger mes droigts(c'est ce qu'elle m'a raconte). Quand je me suis reveillee c'etait dans un endroit etrange, il y avait mon oncle au pied du lit, il dormait sur une chaise. A mon bras, il y avait un tube, et des adhesifs sur ma main. Ma mere etait a ma droite, sur un lit, elle aussi etait comme moi. La c'est sur j'etais a l'hopital, mais pourquoi? Et ma maman? Qu'est-ce qu'elle avait? Je pouvais pas encore savoir, Sur moi, j'avais une couche parce que je me faisais pipi dessus. Je me suis rendormie. Je me rappelle pas du tout combien de temps j'ai passe la-bas car je dormais tout le temps et je faisais des cauchemars. Mais le 28, le jour de mon anniversaire, un ami a ma mere est venu, c'est lui qui prenait soin de nous et payait tout. Il a demander qu'on nous renvoi a la maison parce que je pouvais pas feter mes 6 ans sur un lit d'hopital. C'est ce jour que j'ai entendu que j'avais une attaque typhoide et ma mere avait la malaria. Je savais pas ce que c'etait mais c'etait pas grave car je rentrais chez moi et c'etait mon anniversaire, j'etais trop contente. Arrivee a la maison j'ai trouve une bicyclette rose qui m'attendait sur la galerie, elle etait tres jolie et j'etais hyper contente. J'ai eu une petite fete.

               Les vaccances se sont bien terminees, et je m'etais faite un nouveau papa. L'ami de ma mere m'aimait enormement et me faisait souvent des surprises. Ma famille a commence a comprendre que j'etais fragile et j'etais au petit soin. Je souffrais physiquement mais j'etais heureuse...

Posté par La ptite Coralie à 14:32 - Commentaires [4] - Permalien [#]

10 novembre 2014

Pourquoi aussi tot?

           La troisieme annee etait genial, la derniere annee avant l'ecole primaire,  j'avais mon "Ti Malice", je me sentais grande lol. Mais c'etait aussi malheureusement ma derniere annee avec mon pere.

           Comme je l'avais dit au chapitre precedent j'etais une fille a papa, je passais tout mon temps avec lui, Je mangeais dans son assiette. Je l'accompagnais souvent au travail en fin de semaine. Je faisais de la bicyclette avec lui. Il m'a apprise a magner un volant. On allait souvent dans un endroit appele "Boitier", la-bas se reunissaient ses collegues, confreres. amis. Ils buvaient, jouaient au domino, chantaient, mon pere jouait de la guitare lui. Ils venaient toujours avec leurs femmes et enfants, du coup les femmes avaient leurs mari en vue et elles pouvaient papoter entre elles. Et nous les enfants on couraient dans tous les sens lol. Mais moi c'etait pour quelques minutes, je preferais rester sur les genoux de mon pere a jouer au domino avec lui. A l'ecole,  j'etais au top! Je changeais chaque jour de lecon, ma mere n'avait pa besoin de m'aider j'etudiais toute seule. J'etais la premiere a finir mon livre. L'annee passa tres vite. Le jour de la remise des diplomes j'etais la laureate, et bien sur j'avais fait un discours lol. Mon pere etait fier, tres fier meme. Moi je l'aimais tellement et je voulais tellement rester avec lui que j'avais fait une scene, j'avais dit a l'une des maitresses que je voulais faire pipi, et puis je me suis enfuie pour retrouver mon pere. Quand la directrice, ma marraine, etait venue me chercher, je me suis mise a pleurer, je me suis accrochee au pied de mon pere.... Oh lala quand j'y pense j'ai honte! lol. Quelques jours apres ma graduation mon pere s'est rendu au canada pour rendre visite a ses enfants. Je me rappelle pas combien de temps il avait passe la-bas mais il etait la pour la rentree scolaire de sa petite princesse. Je me rappelle pas non plus la date de la rentree, c'est un peu flou. Mais ce que je me rappelle tres bien c'est que le 14 octobre de l'annee 1999, mon pere est rentre tard parce que je ne l'avais pas vu avant de m'etre endormi. Au milieu de la nuit, disons vers les 11hrs, des cris m'ont reveilles, ca venait de la chambre, quand je me suis retournee, ma mere pleurait, hurlait, les bras leves au ciel, je comprenais pas car mon pere etait a cote de moi, il dormait, alors pourquoi ma mere pleurait-elle? Fallait demander a mon pere. Je me suis assise sur son oreiller et j'avais sa tete entre mes jambes, mais il ne bougeait pas. "Papa? Papi? Papi leve non! Papi leve Stp". Je l'ai giffle parce que je commencais a avoir peur et a comprendre et c'est la que je me suis mise a pleurer parce que j'avais tout compris. Je me suis precipitee au salon, j'ai pris le telephone j'ai appele quelqu'un, je pense que c'etait l'un de mes freres. apres ils sont tous debarques. La derniere image que j'ai de mon pere, c'etait quand la morgue avait mis un drap blanc sur lui pour l'embarquer. Je pouvais pas regarder. Ma mere et moi avions dormi chez le proprietaire de Boitier. On a quitte petit-goave a l'aube. Des gens disaient que ma mere avait tue mon pere. On a meme pas assister a ses funerailles.

           Mon p'tit papa cheri est mort d'une crise cardiaque a cote de moi, il n'a meme pas fete mes 6 ans avec moi. Et la derniere phrase qu'il a dit contenait mon nom: "Retire vantilateur an sou Corie parske li fret". Les gens pensent que je ne comprenait pas parce que j'etais trop petite, mais moi je me rappelle de tout, et je revis sa mort souvent et je ne souhaite pas ca meme a mon pire ennemi...

Posté par La ptite Coralie à 14:37 - Commentaires [2] - Permalien [#]

07 novembre 2014

Chapitre 4....

          Je dois vous avouer que quelques minutes de cela, je ne savais pas laquelle de mes histoires j'allais partager avec vous aujourd'hui, j'ai meme pense a renvoye le chapitre quatre pour demain mais, je me suis rappelee a quel point c'est dur d'etre decu, alors commencons sans plus tarder!

              Vous savez que je suis nee le 28 du mois de decembre alors, vous pouvez comprendre que j'ai ete admise en premiere annee a l'age de deux ans et dix mois exactement. Vu mon intelligence, les parents des eleves qui etaient en troisieme annee a l'epoque, voulaient tous que l'on me donne mon diplome en meme temps que leurs enfants. Mais ma marraine ne voulait absolument pas. La premiere annee passa tres vite. La deuxieme un peu moins car j'ai garde quelques souvenirs, impossible d'oublier ca! J'ai perdu ma premiere dent a l'age de quatre (4) ans lol. Il y avait beaucoup de sang et ca faisait mal, je me rappelle pas le jour mais c'etait un apres-midi apres l'ecole, j'avais encore mon uniforme. Aussi en deuxieme annee, un petit garcon appele Jerome m'avait mordue. Il y avait ce p'tit garcon pret de Chez moi appele Ralph, il etait en premiere annee fondamentale,depuis quelques jours il avait du mal a retenir sa lecon de grammaire "La grammaire francaise est l'ensemble des regles a suivre pour parler et ecrire correctement le francais" je la lui ai apprise et le jour suivant il passa a autre chose. Je lui ai aussi appris "Caonabo fut mis en prison...." En fin d'annee scolaire j'ai recu le flambeau, pas parce que j'etais la filleule de la directrice mais parce que j'etais la plus brillante. J'avoue que j'etais une fille a papa, je passais tout mon temps avec lui, il etait dentiste, il avait une clinique et une pharmacie. Et pour une petite fille j'etais tres active et j'aimais les jouets pour garcon, j'aimais le basketball, faire de la bicyclette, et le football ca, j'adorais! Et seulement les peres comprennent ces trucs. Mon pere voyageait chaque ete pour aller voir ses autres enfants. Je disais toujours que j'aimais mon pere plus que ma mere, mais cet ete allait me prouver le contraire. Mon pere etait rentre de voyage,en fin d'ete, et il etait parti tot au travail. Moi, j'etais dans la chambre quand j'ai entendu un bruit dans la cuisine. J'ai courru et quand je suis arrivee, ma mere etait la, debout, mais son corsage etait brule et ses mains aussi, je me suis mise a pleurer. Le four avait, d'une certaine facon explosee, je ne sais vraiment pas comment la maison n'a pas aussi explose ni comment ma mere a survecu, ce que je sais, c'est que Dieu etait la avec elle dans la cuisine. On a rapidement appele mon pere et il est venu immediatement, et on l'a emmenee a l'hopital. On m'avait laissee a la maison avec Tata, la servante, j'etais inconsolable! Je ne pouvais meme pas manger les quenepes qu'on me donnait, un fruit que j'aime tellement lol. Mais bon,ma jolie maman n'a garde garde meme pas une egratignure de cette explosion

        On etait pas chretien, les amis! Ma mere etait catholique et mon pere un Franc Macon. Mais Dieu aime ses enfants et ses plans pour nous ne changent jaimais....

Posté par La ptite Coralie à 23:06 - Commentaires [14] - Permalien [#]

05 novembre 2014

Etais-je un monstre? (2ans)

          Ce n'est pas chose facile de raconter sa vie, ca ne l'est encore moins quand elle sort de l'ordinaire. J'apprenais tres vite! A deux ans, je connaissais deja les couleurs, l'alphabet et je pouvais lire les lettres, j'etais pratiquement prete pour etre officiellement en premiere annee. Mais a la maison comment ca se passait?

         Et bien, j'arretais pas de surprendre mes parents. Un soir j'ai failli mourir, je pleurais beaucoup et je disais a ma mere qu'il y avait des piquants partout, et a son grand etonnement, je commencais a avoir beaucoup des boules sur la peau, ca piquait, ca grattais et ca faisait mal. je pleurais beaucoup. Tout ce que je voyais avait des piquants mais, le salon etait la seule partie de la maison sans piquant. Ma mere,la pauvre, 21ans, ne savait que faire et a du attendre le retour de mon pere. Arrive a la maison, il me prit dans ses bras et entra directement dans la chambre avec moi, il fut une priere et instantanement les boules disparurent. J'etais seulement en danger ce soir la mais, etais-je devenue un danger ou...? Quelques semaines plus tard, ma mere me faisait une manicure, je lui ai dit "Manmie, Rico ap mouri demen a midi" ma mere etait sous le choc, comment je pouvais dire une telle chose?? Qu'est-ce que je savais de la mort? Pour l'heure elle n'etait pas inquiete car je pouvais l'entendre de la bouche de n'importe qui... Elle etait inquiete, et attendait impatiemment demain midi. Qui etait Rico? Le voisin du dessous, on etait un peu ami parce que son nom etait le revers de mon surnom "Corie". On habitait en face d'une eglise, et evidemment a midi, les cloches commencerent a sonner, et ma mere rapidement prit les escaliers qui menaient chez Rico, et arrivee en haut, sans meme avoir atteint la porte, une femme hurla, ma mere marcha plus vite et quand elle ouvrit la porte, elle vit Rico alonge sur le lit, il etait mort. Ma mere etait sous le choc! Comment etait-ce possible? Elle appela une tante pour lui expliquer ce qui s'etait passe elle etait restee sans mot et avait peur de moi. Cela avait aussi choque mon pere, mais bon!

        Qui pouvait ou pourrait expliquer ce qui s'etait produit? Apres.je n'ai plus jamais rien predit, si je puis utiliser le mot, mais j'avoue que parfois, avant qu'une chose se produise je le sais deja, la plupart du temps avec certitude, mais je garde tout ca toujours pour moi, pour eviter des commentairs contrariant...

      

Posté par La ptite Coralie à 23:41 - Commentaires [8] - Permalien [#]